Ces femmes qui ont fait bouger la cuisine ! (5 portraits)

Mélissa BecquetMaxi’Insolite0 Comments

Macho le monde de la gastronomie ? Peut-être, mais en tout cas, ces femmes sont la preuve même que se frayer un chemin dans l’univers encore très masculin de la gastronomie n’est pas impossible. Aujourd’hui pour la Journée Internationale de la Femme, nous avons décidé de vous présenter 5 personnalités féminines qui ont marqué le monde de la cuisine.

Majoritairement féminine à la maison, la cuisine l’est beaucoup moins dans la profession. En 2015, une étude Credoc révèle que 93% des femmes s’occupent de la cuisine quotidiennement et sont étrangement bien moins nombreuses à la tête de grands restaurants. En effet, 25% des chefs sont des femmes et seulement 10% d’entre elles exercent dans la restauration haut de gamme.

Les portraits des femmes qui suivent prouvent qu’elles ont largement leur place en cuisine. Toutes se distinguent par leur parcours :

Eugénie Brazier

Au 19ème et au début du 20ème siècle à Lyon, un grand nombre de restaurants est tenu par des femmes qu’on appellent alors « les mères ».

Surnommée la « Mère Brazier », Eugénie Brazier est la première femme a avoir obtenu trois étoiles au Guide Michelin, en 1933. Et bien que ses débuts en cuisine furent compliqués, le bouche-à-oreille lui a finalement permis de faire de sa table la plus courue de Lyon.

Les célèbres Paul Bocuse et Bernard Pacaud ont même fait leurs premières armes à ses côtés.

74 ans plus tard, c’est Anne-Sophie Pic qui marche sur les pas d’Eugénie et reçoit, en 2007, une troisième étoile au Guide Michelin.

Fannie Merritt Farmer

Son nom ne vous dit peut-être rien. Pourtant, l’américaine Fannie Merritt Farmer a écrit le premier best-seller des livres de cuisines : The Boston Cooking-School Cook Book.

L’éditeur avait tellement sous-estimé le potentiel de ventes de son livre qu’il en avait limité sa production à 3 000 exemplaires.

Dans ce dernier, elle est la première à présenter le concept des cuillères-mesures, dorénavant bien propres aux recettes américaines.

100 ans plus tard, son livre est toujours disponible et s’inscrit comme étant LA référence Outre-Atlantique !

Julia Sedefdjian

Julia Sedefdjian est la preuve que le talent n’a pas d’âge. Du haut de ses 21 ans, elle est la plus jeune chef étoilée de France !

A 14 ans, Julia commence son CAP de cuisine à Nice et fini par être engagée à 17 ans, en tant que second, dans le restaurant Les Fables de la Fontaine. En février 2015, Anthony David rend son tablier et Julia devient chef.

Cela fait deux années de suite que la jeune femme a réussi à conserver la première étoile du Guide Michelin que le restaurant possédait déjà avant son arrivée.

Virginie Basselot

Elle rêvait de devenir pilote de chasse. Mais pourtant, elle décide de marcher sur les pas de son père, ancien restaurateur.

Cette normande d’origine est aujourd’hui aux commandes des cuisines de la caserne de Genève.

En 2015, grâce à un travail acharné, Virginie décroche le titre tant convoité du Meilleur Ouvrier de France ! Elle compte également une étoile au Guide Michelin pour l’hôtel parisien, le Saint James où elle est chef de cuisine.

Céline Pham

A l'intérieur je souris, si si. Rictus maximal 😐 versus timidité & l'objectif de la géniale @nathaliehinstin

A post shared by céline pham 🍚🔪🍃🌴 (@zwipame) on

Dans un autre genre, nous avons Céline Pham : la chef franco-vietnamienne qui n’a pas de restaurant mais propose ses services de chef pour des événements privés, des cocktails ou à domicile. Elle aime aussi réaliser de la street food sur les marchés où elle propose des plats mêlant savamment la technique française aux saveurs vietnamiennes.

Mais pas que ! Engagée, cette jeune cheffe s’est investie auprès de l’association Ernest, à qui elle reverse un pourcentage de son chiffre d’affaire.

L’idée est simple. A la place du classique pourboire, un « pourmanger » est prélevé de l’addition afin de distribuer des repas aux plus démunis.

Qu’elles le revendiquent, ou non, ces femmes ont dû batailler pour taire les stéréotypes qui leur étaient attribués. Elles sont indispensables pour temporiser toute cette testostérone !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *